Tensions avec l’Arabie saoudite, questions sur l’Italie, chute des Bourses… Les investisseurs commencent à revenir vers la valeur refuge.

Il s’est passé quelque chose sur le marché de l’or en octobre. Pour la première fois depuis des mois, après une longue léthargie, les cours du métal précieux ont réagi à la montée des inquiétudes chez les investisseurs de par le monde. L’or a signé une troisième semaine de hausse consécutive : un tel enchaînement ne s’était pas produit sur ce marché depuis le mois de janvier. A 1.230 dollars l’once vendredi, le métal jaune s’inscrit à son plus haut niveau depuis près de trois mois.

Après de longs mois, le marché de l\'or sort de sa léthargie

« Les craintes sur les marchés d’actions mondiaux ont poussé l’or plus haut », explique James Steel, responsable de l’analyse sur les métaux précieux chez HSBC. « L’or a tendance à être positivement corrélé aux devises émergentes et l’appréciation de ces monnaies peut également l’avoir aidé », ajoute-t-il.

Le retour de la valeur refuge

Mais James Steel voit encore davantage dans ce sursaut des cours une renaissance de la demande pour la valeur refuge, « un facteur qui a relancé l’or plus que tout autre », selon lui. Face à l’escalade des tensions entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, face à une guerre commerciale qui pourrait affecter la croissance économique mondiale, l’or redevient un repaire. « La réaction de l’or en fonction d’événements géopolitiques est en train de réémerger », résume Aakash Doshi, analyste chez Citigroup.

Les tensions en Europe ont également joué un rôle. Le conflit entre l’Italie et l’Union européenne sur le projet de budget italien pour 2019 s’envenime, pointent les analystes de Commerzbank. « On se demande comment l’Italie va maintenir la dette à un niveau soutenable, en particulier si les rendements continuent à grimper », interrogent-ils. Avant d’ajouter : « La peur de voir resurgir la crise de la zone euro devrait renforcer la demande pour l’or en tant que refuge. »

Les investisseurs se manifestent

Ces derniers jours, l’or a en outre retrouvé un autre soutien de poids. Les investisseurs, qui ont fui le métal précieux pendant des mois,  entraînant sa chute cet été , ont recommencé à placer de l’argent dans les fonds indiciels cotés adossés à l’or. Les ETP (pour « exchange traded products ») ont ainsi engrangé la semaine dernière deux fois plus que la précédente.

Il faut dire que les investisseurs ont été surpris par le récent regain d’énergie de l’or. La semaine du 9 octobre, les paris sur une poursuite de la baisse des cours étaient à leur paroxysme depuis 2006, c’est-à-dire depuis que la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) publie ses statistiques hebdomadaires. Pour les analystes de la Société Générale, les investisseurs dans l’or ont tout simplement « manqué le rebond ».

Ce positionnement ultra pessimiste sur le marché spéculatif  ne peut toutefois pas durer . « Nous pensons qu’il est transitoire », indiquent les experts de la Société Générale, qui se disent « prudemment optimistes sur l’or », avec une estimation des cours à 1.280 dollars en moyenne sur l’année. Citigroup donne, pour sa part, une probabilité de 30 % de voir l’or en moyenne à 1.350 dollars.

Muryel Jacque