La France, grande perdante du passage à l’euro

Deux articles ci dessous qui interrogent sur le bien-fondé du passage à l’euro.

En 18 ans, l’épargne de chaque français a été amputée de 56 000 € en moyenne depuis l’introduction de la monnaie unique.

Document-source des articles :

https://www.cep.eu/fileadmin/user_upload/cep.eu/Studien/20_Jahre_Euro_-_Gewinner_und_Verlierer/cepStudie_20_Jahre_Euro_Verlierer_und_Gewinner.pdf


Article 1

Selon une étude du très serieux Centre de Politique Européenne (CPE), la France et l’Italie sont les pays qui ont le plus pâti de l’adoption de l’euro.

Chaque Français aurait perdu 56.000 euros sur la période 1999-2017. Et les grands gagnants seraient l’Allemagne et les Pays-Bas, rapporte le Figaro.


Article 2

Par Pierre Sabatier

Selon une étude allemande, l’euro aurait particulièrement nui aux Français et aurait bénéficié aux Allemands. L’Allemagne est le passager clandestin de l’Europe. Elle exporte beaucoup plus qu’elle n’importe au sein de la zone euro, s’enrichissant aux dépens de ses partenaires européens grâce à un euro adapté à son économie. Les autres membres sont privés de leur capacité à ajuster leur compétitivité par la monnaie c’est à dire de leur souveraineté. La souveraineté n’est que monétaire car la légitimité du politique est de pouvoir battre monnaie pour garantir aux entreprises et aux ménages qu’il les paiera toujours. Donc si le pouvoir politique n’est pas délégué à cette zone monétaire c’est fini. Pour que l’euro existe dans le temps, il faut réunir au moins l’une de ces trois conditions (pas le cas aujourd’hui) : – Le transfert budgétaire : Que les Allemands acceptent de recycler leurs excédents dans le déficit des autres Etats membres – Le transfert de population : Que les gens qui vivent dans les zones économiquement faibles migrent dans des proportions suffisamment élevées vers les zones économiquement fortes – La délocalisation d’entreprises : Que les entreprises localisées dans les zones économiquement fortes délocalisent dans les zones économiquement faibles.

Vidéo de 2017 dans l’article original.

Soyez le premier à commenter l’article sur "La France, grande perdante du passage à l’euro"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


− 1 = 1