En Suisse, le montant total des billets en circulation a doublé en dix ans

Excellent article du FIGARO.fr économie, qui relativise l’idée selon laquelle le cash serait un moyen de paiement appelé à disparaître.


De 38 milliards en 2007, le montant total des billets en circulation est passé à 76 milliards de francs suisses aujourd’hui, soit 67 milliards d’euros.

Les Helvètes conservent une forte appétence pour l’argent liquide, même à l’heure du numérique et de la dématérialisation croissante de la monnaie. Entre 2007 et aujourd’hui, le montant total des billets en circulation outre-Jura a doublé, passant de 38 à 76 milliards de francs suisses, soit 67 milliards d’euros, rapporte le site économique suisse Bilan.

» LIRE AUSSI – Suisse: ce qui se cache derrière la situation de plein-emploi

Rapportée aux 8,5 millions d’habitants du pays, cette somme équivaut à 9000 francs suisses en liquide (7900 euros) par personne, rapporte le site de BFMTV. À titre de comparaison, selon les données de la Banque de France, 1170,7 milliards d’euros en liquide étaient en circulation à la fin de l’année 2017 dans la zone euro, ce qui représente en moyenne 3450 euros en «cash» pour chacun de ses 340 millions d’habitants.

Conjoncture favorable

Il serait tentant d’imputer cette différence entre la Suisse et les pays de la zone euro à un fort retard accumulé par la République helvétique dans le développement des paiements dématérialisés. Il n’en est rien cependant: si le liquide reste prédominant dans le nombre de transactions effectuées dans les magasins suisses, la carte bancaire occupe le haut du classement en termes de dépenses totales, avec une part de 37%, selon une étude conjointe de l’Université de Saint-Gall et l’Université des sciences appliquées de Zurich publiée en août.

» LIRE AUSSI – Le billet de 10 francs suisses est le plus beau du monde

Si les paiements par carte augmentent en Suisse, comment expliquer que cela ne se fasse pas aux dépens du liquide? La circulation exponentielle de ce dernier est pour partie le reflet de la croissance économique du pays, prévue à 2,4% en 2018 par le gouvernement, et de sa situation de plein-emploi. «La demande accrue de billets de banque s’explique notamment par la persistance de taux d’intérêt bas, précise la Banque nationale suisse. En outre, la crise des marchés financiers et celle de la dette ont rendu la détention de numéraire encore plus attrayante. Quant à la progression de la demande de petites coupures, elle reflète principalement l’évolution favorable de la consommation privée.»

Grosses coupures

Les Helvètes conservent cependant un goût marqué pour les grosses coupures. Les billets de 1000 francs représentent près de 62% du montant total en circulation, contre 15% pour les billets de 200 francs et 16% pour les billets de 100 francs. Les plus petites coupures représentent une valeur totale bien moindre. «La forte proportion de grosses coupures démontre que les billets de banque ne servent pas qu’à des fins de paiement, mais qu’ils sont aussi largement utilisés comme réserve de valeur», indique la BNS. Cet attrait des Suisses pour le liquide est d’autant plus marqué que ceux-ci sont autorisés à effectuer des achats en espèces allant jusqu’à 100.000 francs (88.000 euros), soit précisément 88 fois plus que le montant autorisé en France.

Soyez le premier à commenter l’article sur "En Suisse, le montant total des billets en circulation a doublé en dix ans"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


16 + = 26